Inscrivez-vous à notre newsletter  
INTERBEV Pays de la Loire
Filière Bétail et Viande
Le PLAN D’AVENIR REGIONAL pour maintenir encore l’élevage allaitant sur le territoire
Mardi 23 février, le GAEC des Rochers recevait la Présidente de la Région Pays de la Loire. Elle présenta le Plan d’avenir de la filière viande bovine voté par la région et notamment le dispositif « ferme bas carbone ». A travers le plan de relance, la Région s’engage à soutenir toute la filière bovine ligérienne. Cela passe notamment par un plan à 6,5 millions d’euros qui répond à 7 thématiques fondatrices pour maintenir l’élevage sur le territoire. Ce dispositif ne peut répondre à l’impérieuse nécessité du prix mais structure les conditions pour réussir cet ambitieux enjeu pour le maintien de la dynamique agricole et agro-alimentaire de la région. Il s’inscrit dans le Pacte Sociétal défini par l’interprofession ligérienne en coordination avec le plan de filière national tout en le complétant sur des dimensions essentielles : la recherche et le développement, la conquête de nouveaux marchés à l’export ou encore le développement de la contractualisation et des labels…   Suite du compte-rendu de la visite et du plan d'avenir pour la filière régionale bovine    Retombées presse Actu vendée TV Vendée - focus sur le dispositif des #FermesBasCarbone Vendée info - Pays de la Loire - 1ère région engagée dans démarches bas carbones         ...
Lire l'article
Quand écologie rime avec productivité : l'exemple de Sébastien VALTEAU éleveur ligérien à Marigné (49)
En Pays de la Loire, la filière bovine participe à la transition énergétique                                                         La transition énergétique constitue une opportunité pour l’élevage et l’agriculture. A travers son Manifeste, Interbev Pays de la Loire démontre la mobilisation quotidienne des éleveurs pour offrir à la société son impact positif. Individuellement ou collectivement, l’interprofession rencontre les élus nationaux, régionaux et territoriaux pour vulgariser le Pacte Sociétal. A l'occasion du dernier rendez-vous avec Matthieu ORPHELIN, député du Maine-et-Loire, l’interprofession a souhaité aborder la thématique de la transition énergétique à travers l’exemple de l’élevage de Sébastien VALTEAU, signataire du Manifeste. Conscient du potentiel important de production d’énergies renouvelables qu’offre le secteur de l’élevage, l’éleveur mêle au quotidien considération environnementale et productivité. Les énergies renouvelables comme opportunité Convaincu de la capacité du photovoltaïque à concilier les enjeux de la production d’énergie avec ceux de la rentabilité agricole, Sébastien fait le choix en 2010 d’équiper l’ensemble de ses bâtiments de panneaux solaires. La vente d’électricité peut représenter pour les éleveurs une nouvelle source directe de revenu et atténuer le coût d’investissement dans la construction de bâtiments. Soucieux de réduire la dépendance des exploitations agricoles aux énergies fossiles, l’éleveur se lance pour défi de passer à l’électrique pour 100% des manutentions liées au soin aux animaux d’ici 5 ans. « J’ai conscience que la transition énergétique doit être une initiative collective et collaborative. Les défis sont faces à nous et il nous faut saisir toutes les opportunités qui s’offrent à nous » explique-t-il. Toujours dans cette démarche d’amélioration continue, il réalisera en 2021 un diagnostic CAP’2ER qui lui permettra d’évaluer l’empreinte environnementale de son exploitation et d’identifier les marges de progrès afin de répondre au mieux aux attentes de la société et d’améliorer ses revenus. Accélérer la transition vers une alimentation durable L’alimentation des animaux participe, de façon prépondérante à la production d’émissions. L’éleveur produit 97% de l’alimentation de ses bovins à partir des prairies, des cultures de son exploitation et d’un partenariat avec ses voisins céréaliers bio. « Afin de répondre à ma demande d’approvisionnement en fourrage, mes voisins ont réintroduit dans leurs cultures des espèces de légumineuses comme le trèfle violet et la luzerne. C’est gagnant-gagnant. Je nourris mes animaux durablement. Mes voisins limitent la pression des mauvaises herbes sur leurs cultures biologiques » explique Sébastien. Soucieux de préserver les ressources destinées à l’Homme, il nourrit ses animaux essentiellement avec des aliments destinés à la consommation animale. Véritable choix éthique pour l’éleveur, il privilégie pour ses animaux une alimentation utilisant très peu de céréales. Au cœur des préoccupations de l’éleveur : le bien-être animal La notion de bien-être animal fait plus que jamais partie intégrante du métier de l’éleveur. Conscient des attentes du citoyen mais également attentif à la qualité de sa production, l’éleveur suit, comme ses collègues, au quotidien son troupeau. Soucieux d’apporter les soins et les conditions de vies propices au bon développement de chacun de ses animaux, il rejoint en cela le Pacte Sociétal mis en œuvre par l’interprofession. Cet outil vise à reconnecter les bonnes pratiques du terrain avec les attentes sociétales. Lors de la restructuration de son exploitation en 2010, Sébastien a fait construire des bâtiments ouverts sur deux faces, offrant 8 m² par animal adulte et éclairés à la lumière naturelle répondant aux exigences de l’outil d’évaluation du bien-être animal BoviWell. Cette initiative traduit l’engagement des acteurs de la filière bovine à ancrer leurs pratiques agricoles dans une démarche d’amélioration continue.   ...
Lire l'article
Accord CETA/MERCOSUR
Interbev dénonce une ambivalence du gouvernement français entre ses déclarations et le fait qu'il refuse de rouvrir les négociations sur le contenu de l'accord Union Européenne - Mercosur Paris, le 5 février 2021 – INTERBEV, l’Interprofession Elevage et Viande, a participé à la réunion du 4 février 2021 du Comité de suivi de la politique commerciale organisée par le Ministre délégué au Commerce extérieur Franck Riester, au cours de laquelle le Gouvernement devait clarifier sa position sur l’accord entre l’UE et le Mercosur. L’Interprofession déplore une position paradoxale du gouvernement qui déclare rester toujours opposé « en l’état » à la ratification de l’accord UE-Mercosur mais exclut toute réouverture des négociations de ce dernier qui intégreraient les conditions environnementales et sanitaires qu’il exige par ailleurs.   Communiqué de presse ICI ...
Lire l'article
sLu.Ma.Me.Je.Ve.Sa.Di.
09
1
2
3
4
5
6
7
10
8
9
10
11
12
13
14
11
15
16
17
18
19
20
21
12
22
23
24
25
26
27
28
13
29
30
31
INTERBEV Pays de la Loire sur les réseaux sociaux
Coordonnées :
12 avenue Joxé - BP 70323 - 49103 ANGERS Cedex 02
Tél : 02.41.60.30.91 - Fax : 02.41.60.33.28
InterbevLa Viande
ActualitésAgendaPlan du siteMentions Légales
X